Coups de coeurs littéraire

Publié le par Caldeirael

Nous lisons beaucoup dans notre famille, et voici quelques uns de nos derniers coups de coeur littéraires.

 

- "Des mots plein les poches" et "La sagesse de Wombat" pour les enfants.

- "Raga" pour les adultes.

 

Les commentaires inscrits ci dessous ne sont pas de moi, mais je les partage et je n'aurai pas écrit mieux. J'ai juste rajouté quelques mots personnels en italique.

 

des-mots-plein-les-poches.jpg

les-mots-de-Hina.jpg

Esopinetta est une gardienne et une donneuse de mots. Dans chacune des poches de ses 49 jupons se trouvent des mots qu'elle distribue à tous les enfants du village : des mots pour se disputer, des mots pour se réconcilier, des mots pour les peines, des mots pour les joies... Mais Esopinetta trouvera-t-elle, au fond de ses poches, les mots qui aideront le petit Motus à sortir de son mutisme et à exprimer son chagrin ?

 

On entre dans ce livre par une histoire légère et malicieuse qui brode sur l'importance et le plaisir des mots. Puis, le ton change et devient grave pour décrire le mutisme de l'enfant qui se replie sur sa souffrance. Les deux tonalités se conjuguent pour une fin joyeuse et très constructive qui analyse, avec beaucoup de finesse et de tendresse, le pouvoir salvateur du langage. Des caractères d'imprimerie se promènent tout au long des pages comme pour souligner ce postulat. Un peu brouillonnes, mélange de découpage, de crayonné et de peinture, les illustrations, néanmoins expressives, auraient sans doute gagnées à être plus soignées. Mais l'ensemble reste vraiment réussi.

 

Un livre vraiment magnifique. On a envie de réconforter le petit Motus et Esopinetta le fait de son côté avec beaucoup de délicatesse. J'adore! Ce livre m'en rappelle un autre: "Les mots de Hina", qui est magnifique également. A découvrir très vite!

 

la-sagesse-de-wombat.jpg

 

Wombat adore creuser des trous. Un jour, il creuse le trou le plus profond qu'il ait jamais creusé et s'y réfugie pour penser. Mais quand il en ressort, un peu plus tard, sa maman a disparu. Le voici tout seul. Il part donc à sa recherche dans l'intérieur du pays et, chemin faisant, rencontre toutes sortes de créatures extraordinaires : un kookaburra, un wallaby, un opossum, un émeu, un jeune garçon et un koala. Pour eux, un petit wombat n'a rien d'intéressant, jusqu'au moment où un danger menace la forêt...

 

Cet ouvrage nous rappelle l'Australie et le voyage magnifique que nous y avons fait. Seul dommage, les dessins ne sont pas assez nets à mon idée, et il est difficile pour les enfants de reconnaître distinctement tous les animaux.

 

raga.jpg

On dit de l'Océanie qu'elle est le continent invisible. Invisible parce que les voyageurs qui s'y sont aventurés la première fois ne l'ont pas aperçue et, parce qu'aujourd'hui elle reste un lieu sans reconnaissance internationale, un passage, un territoire qui a fait rêver bien des explorateurs qui risquèrent leur vie pour l'atteindre et essayer d'en cartographier les contours. J.M.G. Le Clézio n'avait pas imaginé que le mythe rejoignait la réalité : il découvre l'immensité de l'océan, les myriades d'îles, d'îlots, d'atolls. De ce continent fait de mer plus que de terre, il s'approche, découvrant archipels, valeurs émergées des profondeurs, récifs coralliens. Dans ce récit où le réel et l'imaginaire s'entrelacent, où le poème affleure, J.M.G. Le Clézio nous invite à la découverte de la culture océanienne, au repérage au moyen des étoiles, à la méditation sur l'immensité de la mer, à l'amour des mères qui protègent leurs enfants dans la tempête. Voyage initiatique, approche de la beauté vers l'humanité, ce texte ouvre une réflexion et une critique de la mondialisation qui vient mettre en péril l'harmonie d'une civilisation précieuse mais fragile.

 

Un concentré de bonheur... Les sujets abordés sont dans l'ensemble assez graves, mais tout est écrit avec énormément de justesse, comme nous y a habitué l'auteur dans ses autres ouvrages. Comme le livre précédent, celui-ci me rappelle un voyage magnifique, la découverte du Vanuatu et de l'île de Pentecôte (Raga). J'ai vraiment savouré ce livre, et je le conseille vivement à tous ceux et celles qui aiment l'Océanie. Encore merci à Jennyfer de m'avoir prêté ce chef-d'oeuvre!

 

 

 

Et voilà, j'espère que tous ces commentaires vous donneront envie. Bonne lecture!

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Maman Sioux 01/10/2011 23:54



Le livre de Le Clézio me tente pour découvrir l'Océanie, pour ma part.


Merci !



Caldeirael 02/10/2011 08:42



De rien, et n'hésite pas à me faire part de tes impressions sur ce livre que j'ai vraiment trouvé magnifique!


Bonne lecture!